Palm Beach de Cannes : un sérieux pas vers le projet de pôle d'animation

L'assemblée générale du Syndicat des co-propriétaires de la Pointe Croisette a élu une nouvelle équipe dirigeante sur des intentions à la fois favorables au projet de pôle d'animation (celui de Patrick Tartary, David Barokas et des frères Madar) et à une renégociation rapide du bail emphytéotique courant jusqu'en 2027. Ce qui laisse entrevoir un déblocage dans un avenir proche de ce dossier au long cours.

Palm Beach de Cannes : projet Patrick Tartary et David Barokas

La nouvelle est passée relativement inaperçue mais va peser lourd dans ce que sera le futur Palm Beach à Cannes : le changement total de l'équipe dirigeante du Syndicat des co-propriétaires de la Pointe Croisette à l'occasion de l'assemblée générale de l'association fin janvier. Ce sont ces co-propriétaires du quartier (ils sont plus d'un millier) qui en 2003 avaient été reconnus comme propriétaires du terrain sur lequel se trouve le mythique casino cannois. Cela après une longue bataille juridique avec la ville de Cannes qui revendiquait elle aussi la propriété. (Photo DR : le projet de rénovation du Palm Beach en pôle d'animation).

Deux projets qui étaient en compétition

Le syndicat qui représente les co-propriétaires, détient aussi aujourd'hui la clé pour un futur Palm Beach, rénové ou reconstruit. Il y a un an, deux projets s'étaient affrontés. Celui du groupe maltais Corinthia Hôtel qui avait convié les Cannois au Majestic pour leur présenter un projet hôtelier : un "palace" de 250 chambres pour l'après-2027.

Celui d'un pôle d'animation avec Cannes Balnéaires de Patrick Tartary et David Barokas. Ces deux restaurateurs et magiciens des nuits cannoises, associés depuis cet été aux frères Madar (un groupe d'immobilier de luxe) sont d'ailleurs dans la place. Ils ont racheté au groupe Partouche le bail du Palm Beach jusqu'en 2027, et projettent, sur un investissement de 100 millions d'euros, de monter des restaurants haut de gamme, créer une boîte de nuit à l'image du Sporting de Monaco ainsi qu'une salle de gala, refaire la mythique piscine.

Une nouvelle équipe élue sur une profession de foi favorable aux investisseurs actuels

La ville de Cannes a semblé de son côté être favorable à un pôle d'animation (la construction d'un hôtel nécessiterait par ailleurs de changer le PLU). Mais le syndicat des co-propriétaires n'en détient pas moins les clés du terrain pour cet après-2027. Le changement de pouvoir au sein de l'association vient aussi donner un sérieux coup de pouce au projet de pôle d'animation.

Car à travers sa profession de foi, la nouvelle équipe (Mmes Berthelot et Seel, MM. Le Vacon, Pansier et Abella), s'est faite élire sur des intentions favorables à la fois aux investisseurs actuels, ceux du pôle d'animation et, en plus, à une renégociation du bail avant l'échéance de 2027. C'est qui laisserait entrevoir dans un avenir proche un déblocage du dossier sur un projet de pôle d'animation. A suivre.