Le Tour de France partira bien de Nice…mais le 29 août

Contrairement au Festival de Cannes, le Tour de France n'est pas annulé mais reporté de deux mois, sans changement de parcours. Le départ, initialement prévu le 27 juin, aura bien lieu de Nice mais ce sera le 29 août avec à la clé trois jours de fête populaire autour du vélo. L'arrivée se fera à Paris sur les Champs Elysées le 20 septembre.

Tour de France illustration

Le Dauphiné Libéré a été le premier hier soir à l'annoncer : le Tour de France 2020 aura bien lieu, mais il est reporté de deux mois, du 29 août au 20 septembre (initialement il était prévu du 27 juin au 19 juillet). Un grand départ qui se fera bien de Nice comme cela était prévu. Jusqu'à présent c'était l'hypothèse d'un report d'un mois qui prévalait. Mais, après l'intervention lundi soir du président de la République Emmanuel Macron, déclarant que les événements avec un public nombreux ne pourront se tenir jusqu'à mi-juillet, c'est la prudence qui s'est imposée.

Ce report de deux mois, permettra également aux coureurs, aujourd'hui confinés comme tout le monde, de garder un temps de préparation suffisamment long avant le grand bain du Tour de France. A Nice ce sont ainsi trois jours de fête populaire autour du vélo qui sont certes reportées, mais maintenues.

Départ ainsi le 29 août pour une première étape niçoise de 156 km sur le plat. A parcourir, trois boucles dans l’arrière-pays dont une à emprunter à deux reprises. Ce parcours permettra aux spectateurs de voir évoluer le peloton tout au long de la journée avant d’assister, en principe, au premier acte de la grande bataille du sprint. Ce devrait être à l’issue d’un déboulé final qui s’achèvera sur la Promenade des Anglais.

Deuxième étape : le "maillot Jaune" qui prendra le départ le lendemain aura bien de la peine à défendre sa position au vu des reliefs qu’il lui faudra affronter sur une boucle Nice-Nice, cette fois-ci purement montagnarde dans le haut-pays niçois. Sur les 190 kilomètres au programme, le tracé invitera les coureurs à se hisser au col de la Colmiane, au col de Turini puis au col d’Eze. Une étape de montagne avec deux passages au-delà des 1 500 mètres dès le deuxième jour de course : c’est une première qui annonce une bataille de purs grimpeurs!

Quant à la troisième étape sur le territoire azuréens, elle se jouera sur un Nice-Sisteron de 190 km avec plus de plat que la veille mais quand même. Les coureurs quitteront l'arrière-pays niçois pour Grasse puis prendront la route Napoléon avec en final la Citadelle de Sisteron. Comme pour ces trois premières étapes, ce Tour de France décalé dans le temps se déroulera sur le parcours prévu, sans changement, de Nice à Paris ont déclaré les organisateurs avec une arrivée sur les Champs Elysées le 20 septembre.

Christian Estrosi : une décision qui s'imposait et une relance pour nos événements

Maire de Nice et président de la Métropole Nice Côte d'Azur, Christian Estrosi a salué cette décision prise  conjointement par l’UCI et ASO. "C’est une grande première dans l’histoire du Tour de France mais c’est une décision qui s’imposait et qui nous permet désormais de nous préparer à délivrer une très grande édition dans un peu plus de 4 mois. Une décision responsable et ambitieuse qui respecte à la fois les coureurs qui auront le temps de se préparer pour offrir le meilleur d’eux-mêmes, les millions de spectateurs et les milliards de téléspectateurs, les médias et les partenaires, et bien évidemment l'Etat et l’ensemble des collectivités impliquées dans cette édition".

Et d'ajouter : "ce sera une date historique pour le sport dans le monde et en France, un nouveau départ en quelque sorte pour les grands événements internationaux, une fierté et une grande responsabilité donc pour Nice de réussir ce rendez-vous exceptionnel, et enfin une superbe opportunité de relance pour l'économie de notre territoire et notamment pour tous ceux qui participent à sa dynamique touristique et qui traversent en ce moment même une période difficile. Cela s’inscrit dans un programme de relance de nos événements sur lesquels nous travaillons si les conditions sanitaires le permettent."