Industrie : devenue ATI-CA, l'ex-APPIM dévoile son nouveau logo

Logos APPIM ATI CA

Ne l'appelez plus APPIM (Association des Partenaires pour la Promotion de l’Industrie Méditerranéenne), mais ATI-CA, l'Alliance des Techs et des Industries Côte d'Azur. On pourrait croire que ce nouveau nom d'une association née en 1996 est une réponse à la crise sanitaire et économique qui plombe aujourd'hui la Côte d'Azur comme par ailleurs la France et une bonne partie du monde. Mais non. Ce grand changement avait été amorcé déjà l'an dernier avec une volonté d'élargissement de l'association qu'avait fondée Jean-Pierre Savarino, actuel président de la CCI NCA, vers une alliance entre toutes les industries (métallurgie, BTP, Tech, chimie, parfumerie…).

Et c'est lors de la dernière assemblée générale en février, alors qu'il n'était pas encore question de confinement, que cette "réinvention de l'APPIM" avec un changement de dimension, de stratégie et de nom a été actée. Un changement qui aujourd'hui se traduit également dans l'identité visuelle avec un nouveau logo. Il a été réalisé par MBD OPEN MARKETING  par ailleurs devenue l'agence marketing partenaire de l'association et qui, par l'intermédiaire de sa fondatrice Valérie Higuero, intègre son conseil d’administration.

Si cette transformation de l'APPIM ne s'est pas décidée en réaction à la crise du coronavirus, en revanche, elle répond tout à fait à la nouvelle donne qui est en train de s'instaurer dans le monde d'après le coronavirus et la nécessité pour les entreprises industrielles du territoire de monter en gamme, de prendre le chemin de l'industrie 4.0 et de jouer des synergies entre l'industrie et le numérique. Entre Carros et Sophia. 

Président de l'APPIM et maintenant d'ATI-CA, Michel Manago a pu mesurer à travers les membres de l'association, l'impact qu'a subie l'industrie ces deux derniers mois et les challenges qu'elle doit affronter. Certes ce secteur a été moins "touché" que le tourisme. Mais, globalement, l'activité a été réduite de 60%. D'autre part, dans la reprise qui est engagée depuis le 11 mai, il s'agit de retrouver un bon courant de contrats, tandis que des frais supplémentaires seront à supporter pour assurer de bonnes conditions sanitaires (désinfection, distanciation, etc.), aménager le travail.

"Pendant le confinement, nous avons mené une enquête auprès du monde industriel et nous avons alors remanié le programme de l'association qui avait été présenté lors de l'AG de février, programme qui avait été défini avant la crise. Il y a eu depuis une prise de conscience collective", note Michel Manago. "L'APPIM avait été créée pour rassembler les acteurs de la sous-traitance et les donneurs d'ordres. Mais au-delà, il s'agit aujourd'hui d'assurer une alliance inter-entreprises de toutes les filières industrielles confondues. Nous discutons ainsi avec le BTP, la parfumerie, les techs, l'industrie agro-alimentaire, les biotechs, etc. Nous y associons également l'automobile, le design….Nous essayons de regrouper l'industrie du territoire dans toutes ses branches et ses formes, bien au-delà de la métallurgie." Un excellent travail d'approche pour la relance de l'industrie azuréenne...

 

Étiquettes