Gastronomie : un mini-guide de la "cuisine à emporter" par Jacques Gantié

Table Libre Plats Racines

Restos fermés, mais fourneaux toujours vivants. Avec le confinement, pour garder leurs cuisines au moins un peu actives, les chefs n'ont guère eu d'autres options que la vente à emporter. Aussi cette nouvelle pratique, qu'avaient déjà initié les plateformes du type Uber eat, s'est développée ces deux derniers mois sur la Côte. Simple phénomène de confinement ou tendance pour le monde d'après ? A voir. (Photo J.G. : les petits plats à emporter de chez Racines à Nice).

Mais les dés ont été jetés et c'est à cette "recette d'urgence" des restaurateurs que Jacques Gantié chroniqueur gastronomique s'est attaché. Sur son blog "Table Libre", il a lancé la série "Virusomaina" et vient de publier un mini guide de 30 adresses pour la "cuisine à emporter" sur les Alpes-Maritimes et le Var.

"La vente à emporter est peut-être une parenthèse mais à prendre au sérieux", écrit-il. "De Nice à Marseille, çà phosphore avec fougue ou improvisation, souvent pour un maigre résultat mais qu’importe. Des restaurateurs résistent et si tous n’ont pas la force de "se réinventer" (l’expression à la mode), ce pécule leur sera utile pour les mois à venir. Réouvertures, cataclysme, disparitions… il y a de quoi trembler. Mais il y aura des bien portants et des survivants, qui auront passé le cap et imaginé le restaurant de demain".

Peut-être sont-ils dans la liste suivante parmi ceux qui pratiquent plats et menus à emporter et cuisinent parfois chez le client. Liste incomplète, imparfaite, à enrichir encore, le temps de patienter avant les réouvertures."