Enseignement sous Covid-19 : l'exemple de SKEMA en mode 100% distanciel sur 5 continents!

Avec son campus chinois fermé en mi-janvier, la grande école de commerce née à Sophia a été confrontée dès janvier à l'épidémie de coronavirus. Elle avait aussi déjà mis en place un dispositif complet d'apprentissage à distance qui, depuis, a été étendu à l'ensemble de ses 7 campus répartis sur 5 continents. Voici comment SKEMA, première école globale en mode 100% distanciel, opère en cette période de confinement coronavirus et met en oeuvre du même coup de nouvelles méthodes agiles d'enseignement.

Skema visuel affiche

SKEMA Business School dont le campus historique est à Sophia Antipolis, aura été l'une des premières grandes écoles française à se trouver confronté avec l'épidémie de coronavirus. Avec un premier campus à Suzhou en Chine fermé depuis mi-Janvier, elle avait aussi déjà mis en place un dispositif complet d'apprentissage à distance pour assurer la continuité pédagogique de ses quelque 550 étudiants présents sur place au moment de la fermeture. Des étudiants qui, depuis, poursuivent leur programme depuis leur lieu d'habitation.

A cette date, on pourrait presque parle d'à cette époque, il s'agissait de continuer à délivrer 10 programmes différents sur ce campus. Aujourd'hui, une centaine d'étudiants est encore présente et continue donc l'ensemble des enseignements à distance

70 programmes passés en mode distanciel

Avec les récentes annonces de fermetures des établissements supérieurs d'enseignement en France, puis successivement aux USA, au Brésil et en Afrique du Sud où l'école a implanté ses campus, SKEMA est ainsi passée rapidement à un mode d'enseignement "100% remote", 100% à distance.

Sur un délai très court, l'école "globale" a réussi à opérer la bascule de tous ses enseignements à distance. Sur les 7 campus concernés, cela impacte près de 70 programmes différents dont certains sont composés de groupes multiples.

"Au total, nous délivrons en moyenne 250 cours différents chaque jour"

"Au total, nous délivrons en moyenne 250 cours différents chaque jour. D'ici la fin du semestre en avril, plus de 6.000 sessions seront délivrées à destination de près de 7.000 étudiants" précise Patrice Houdayer, directeur des Programmes, de l'International et de la Vie étudiante de SKEMA.

Le dispositif interne piloté par le triptyque - direction de la faculté, direction des programmes, direction de l'innovation, a ainsi permis de "basculer" en quelques jours d'un apprentissage partiellement à distance à un mode global et exhaustif. Pour les professeurs permanents déjà habitués à ces pratiques, que ce soit en classes virtuelles ou en multiplex (nombre de cours de l'école se déroulent en simultané sur plusieurs campus de différents continents) plus que d'un changement, c'est d'une montée en puissance d'un nouveau mode d'enseignement qu'il s'agit.

Les ressources de Microsoft Office en pole-position des usages

Au cœur de ce basculement, l'accord stratégique de SKEMA avec Microsoft. Il donne à l'école la possibilité de mettre en œuvre à très grande échelle les applications d'Office 365 telles que Teams (plateforme collaborative pour le travail d'équipes) et Stream (service de diffusion en continu de vidéos) en fonction du type de besoin des professeurs. Pour les intervenants extérieurs et les experts, un accompagnement spécifique en ligne (tutoriels, webinaires) et une hotline dédiée ont été déployés.

"Il est nécessaire d'alterner les activités synchrones (des sessions en direct sur Teams, Skype, Google Meet, etc) et les activités asynchrones", explique Marcos Lima, directeur du Programme MSc IMBD sur le campus de Lille. "Sur cette seconde catégorie, j'ai suggéré l'utilisation d'une fonction méconnue mais très utile pour l'enseignement à distance dans PowerPoint : la possibilité d'enregistrer un "screencast"".

"Les outils collaboratifs d'Office 365 sont les meilleurs amis de l'enseignement à distance"

"Cela permet de créer des vidéos courtes d'une à deux minutes pour chaque diapositive avec un minuteur que synchronisent les actions de présentation avec la vidéo (clicks, stylo, déroulement  des points-clés). Ceci permet à l'enseignant de créer et envoyer aux étudiants des présentations interactives en amont de la session en direct, utilisant cet espace privilégié pour des échanges sur les contenus, questions / réponses, études de cas, et présentations de projets".

"Les outils collaboratifs de Office 365 sont les meilleurs amis de l'enseignement à distance", poursuit Marcos Lima. "La possibilité de faire travailler les étudiants sur des modèles de feuilles de calculs, des présentations et des documents partagés, en groupe et à distance, facilite beaucoup le maintien d'un principe pédagogique fondamental : l'application des connaissances à des projets concrets (project-based learning)."

Des nouveaux modes agiles d'enseignement

Diane de Saint-Affrique, directrice du double diplôme Contrats d'affaires SKEMA/Université polytechnique des Hauts de France, a de son côté constaté "la forte mobilisation de chacun, y compris des universitaires moins habitués à donner des cours en ligne que les professeurs de SKEMA à mettre en place et utiliser ces nouveaux modes agiles d'enseignements. La forte implication des équipes de la direction de l'Innovation de SKEMA pour former tous les enseignants aux outils est à saluer en ce qu'elle permet une continuité parfaite de l'enseignement et du support aux étudiants du master Contrat d'affaires en cette période de fin de semestre très importante pour eux."

Directeur du MSc Financial Markets & Investments de SKEMA sur le campus de Paris, Amaury Goguel note que "les cours en ligne sont des possibilités infinies et surprenantes de contacts professionnels directs à très haut niveau pour les étudiants. A chaque session et quel que soit l'horaire, Paul Wuh, l'un des professeurs de finance du programme FMI trouve le moyen d'inviter des collègues professeurs et dirigeants du monde entier sur les postes les plus prestigieux afin de témoigner et d'échanger en direct avec les étudiants. Ils sont prêts à arrêter leur activité professionnelle en pleine journée pour échanger 20 minutes avec les étudiants !"

La transition s'est faite naturellement du côté des étudiants

Du côté des étudiants, conscients de la nécessité de ne pas interrompre la progression pédagogique de leur parcours, la transition s'est faite naturellement. L'ensemble des cours leur est dispensé en mode synchrone ou "live" avec des modalités d'interaction avec le professeur au moins aussi intuitives que dans une salle de cours traditionnelle. Si l'un d'entre eux venait à avoir une problématique de connexion (débit lent ou interrompu), le cours est également disponible quelques heures plus tard en mode asynchrone à partir de la plateforme pédagogique dédiée aux étudiants.

Autant de méthodes agiles qui s'imposent aujourd'hui par nécessité suite au confinement, mais qui ne devraient pas manquer de monter en puissance dès que l'ouragan sanitaire sera passé. Une petite partie de ce nouveau monde que l'on nous dessine après la crise.